Laurent-Emmanuel BRIFFAUD

Notes biographiques


Laurent-Emmanuel Briffaud

« J’avais envie d’aller habiter là haut,
tant sont convaincantes la force
et la certitude que cet arbre
met à être un arbre »
Italo Calvino
Le Baron Perché 1960

Né en 1970 à Fontenay-le-Comte en Vendée.
Je fais des études d’architecture à l’Université de Nantes de 1990 à 1993 où je fréquente le cycle DEFA « diplôme d’études fondamentales en architecture ».

J’intègre l’Ecole des Beaux Arts de Luminy à Marseille en 1993 dans la section design.

En 1994 je m’installe à Plaisance en Italie, proche de Parme où durant 5 années, j’y étudie la conservation et la restauration d’objet d’art, et me consacre à l’étude de la marqueterie et de la peinture italienne.

Après trois années d’études, j’intègre l’atelier de restauration de mobilier religieux « Il Restauro » de Renato Boni basé à Bologne.
En parallèle, j’effectue un stage de perfectionnement pour la restauration et la conservation de meubles marquetés au centre international de San Cervolo à Venise où je rencontre Patrick Poly, restaurateur à Bruges en Belgique.

De décembre 1998 à 1999, je rejoins Monsieur Poly en Belgique avec lequel je restaure les parquets du Château de Laeken, résidence du roi Baudoin à Bruxelles.
J’intègre ensuite «l’atelier »Adragante situé dans les quartiers de Bois-Fort. C’est durant cette expérience que je rencontre d’une part une technicité et d’autre part un matériau, le placage scié au bois montant.
C’est à cette époque que je commence à composer avec certains matériaux que j’utilise encore.

En 2000, je décide de m’installer dans le sud-est de la France, à Tourettes sur Loup puis à Vence.
Après avoir eu un atelier dans la zone industrielle de Carros, ensuite aux « maisons bulles » d’Antti Lovag à Tourettes sur Loup, je m’installe en 2003 à Grasse.
Avec un ami nous fondons « l’atelier au carré » situé route de la Marigarde, que nous transformons en atelier de production, lieu de vie, salle d’exposition, lieu de rencontres et d’expérimentations … Cette association durera 3 années.

Me consacrant toujours davantage à mes pratiques artistiques, je décide d’investir un nouvel espace, toujours à Grasse, l’atelier ARP ou l’Atelier de la recherche patiente », situé Avenue Sainte Lorette dans l’ancienne usine de parfumerie, Camilli-Albert et Laloue.

Je vis actuellement entre Grasse et Fréjus.


PROPOS
J’ai toujours essayé d’être le plus proche possible des belles choses.
Je mesure la distance entre le dire, le pensé et le faire.
Je vois le sacré dans la nature, je crois en la puissance de l’arbre.
Je veux le retour à la poésie par tous les moyens : par la pratique, par le verbe, par l’image, par la musique, par l’investissement.


TREE SIGN
Les sculptures
J’apprécie particulièrement le stuctures arborescentes et j’aime à les observer l’hiver lorsque leurs masses se détachent sombres sous le ciel lumineux.
J’en retire une quantité de dessins, de détails,de signes, que j’alimente et que je reproduis à grande où à petite échelle;
Sculptures qui font référence à la géométrie variable de l’arbre, à sa structure à son histoire.
Ce sont les « arbres-signes ».

Matériaux utilisés :
Carton, essences de bois diverses, acier brut, acier oxydé, ciment, béton.


MARK
Les peintures
Afin de conserver une trace de mes « tranches de vie », j’enduis certains de mes placages avec une gouache noire ou blanche que j’applique sur un papier épais. Etant proches de la culture japonaise, ces peintures forment des paysages proches des estampes ;
Ce sont des tablaux parfois présentés sous verre où les reflets participent à la composition.
Ce sont les « empreintes »

Matériaux utilisés :
Placages, gouache noire, ou blanche, papier, acier brut, ciment, verre.


LANDSCAPE
Les marqueteries
Ayant eu une formation de marqueteur afin de restaurer et de conserver le patrimoine mobilier marqueté, mes marqueteries réutilisent et réinventent les mises en œuvre de cette technique.
Ce sont des tableaux en deux dimensions qui associent le bois à travers des placages sciés au « bois montant » que j’appelle tranches de vie avec des matériaux contemporains.
C’est une juxtaposition de cette mémoire végétale avec un univers industriel qui caractérise notre environnement.
Ce sont les « paysages » ou « compositions ».

Matériaux utilisés :
Placages, aciers bruts, acier oxydé, caoutchouc mousse, néoprène lisse et néoprène strié, béton, peinture acrylique, papier, bois, ciment, verre.


WORKS ABOUT LEAF
Tableaux, installations et sculptures
Travail à propos du poids et de la masse du matériau, de sa déformation et de la notion de porte-à-faux qui crée le mouvement, l’élan ; le poids est la mémoire déformante du matériau;
La pesanteur se traduit par l’existence d’une force verticale, le poids est pour moi une valeur, non qu’il soit plus contraignant que la légèreté mais j’ai plus à dire sur l'équilibre du poids, la réduction du poids, sur l’ajout et le retrait du poids , le placement du poids, le verrouillage du poids, le déséquilibre du poids, la rotation du poids, le mouvement du poids, la direction du poids,la forme du poids.
Ce sont les « feuilles »

Matériaux utilisés :
Acier, bois, caoutchouc, ciment, papier, toile, peinture acrylique.


ACCUMULATION
Les tableaux-sculptures
Ceux-ci s’apparentent au « land-art » dans le sens où je travaille à partir de la nature même.
Pourtant toujours présentés en intérieur, c‘est une mémoire de l’arbre déraciné.
Je récupère des arbres voués à une mort certaine, je récupère leur feuillage, je brûle la structure arborescente afin d’en récupérer la cendre puis je place l’ensemble dans un double vitrage transparent.
Je travaille à partir de trois essences particulièrement enracinées dans le paysage méditerranéen qui sont le chêne, l’olivier et le pin parasol.
Ce sont les « accumulations »

Matériaux utilisés :
Feuillage, cendre, double vitrage, acier brut.


DOSSIER DE PRESSE
Var Matin 3 octobre 2011
Var Matin 22 octobre 2011

ARTIST PAGEartiste homepage