Laurent-Emmanuel Briffaud Marc PIANO


sculpteur céramiste




Notes biographiques
Biographical notes

Red Bull

Red Bull
Sculpture céramique
2012
H 72 cm
Marc PIANO Red Bull


Marc PIANO Red Bull
Red Bull
Sculpture céramique
83 X 40 X 57 cm
Marc PIANO Red Bull



Marc Piano Colonne

Colonne
Ceramic sculpture / Sculpture céramique
 2010
 H 150 cm   Ø 23 cm
Marc Piano Cube

Cube
Ceramic Sculpture / Sculpture céramique
2010
H 110 cm   Ø 44 cm




Marc Piano Colonne bleue

Colonne bleue
Ceramic sculpture / Sculpture céramique
2010
 H 150 cm   Ø 23 cm



Marc Piano Poisson

Poisson
Ceramic Sculpture / Sculpture céramique
2010
H 45 cm  L 31 cm



« Le merveilleux est toujours beau, il n'y a même que le merveilleux qui soit beau »

Qu'il décline le surréalisme au mode du fantastique ou de l'enfance, André Breton pourrait tenir lieu de mentor à Marc Piano, si ce dernier n'avait depuis longtemps déjà explosé tout repère l'enfermant dans une quelconque filiation artistique.
Bien avant que l'air du temps n'en fasse un phénomène de mode, le surnaturel selon Piano a transcendé les frontières de la normalité, tandis que son bestiaire atteint à l'atemporalité des chimères.
Imaginaire inquiétant ou malicieux sollicité dès le titre de l'œuvre, expressionnisme fantasque, figurations dignes d'un trip gainsbourien au pays des papous et leurs totems, des sorciers indigènes et leurs sarbacanes sacrifiant aux cultes ancestraux, l'« homme de la terre », imperméable aux agitations contemporaines, façonne avec tendresse l'histoire de ces créatures qui frappent à la porte de ses rêves.
Cannois de naissance, vallaurien d'adoption, c'est en écho à la biennale internationale Création contemporaine et céramique de la « cité d'argile », fief des grands maîtres de l'art, que Marc Piano présente à l'Espace Miramar de Cannes sa Rétrospective 1995-2010.
De l'archaïque au visionnaire, du mastodonte à la bactérie, de la fantasmagorie à l'ironie, des obsessions de l'enfance à l'aventure en terre maorie, voici une invitation à un voyage en bateau ivre, à goûter comme une odyssée envoûtée par quelque rituel haka ou encore comme un drôle de drame à la Prévert :
« Moi j'ai dit bizarre, bizarre... comme c'est étrange ! »

Bernard Brochand
Député-maire de Cannes



« The wonderful is forever beautiful, and there is beauty beyond what is wonderful. »

Whether exploring the fantastic by way of Surrealism or through a child's perspective, André Breton could well have stood as Marc Piano's mentor, had the latter not long ago shed any link with whatsoever artistic movement!
Well before trendiness became a contemporary phenomenon, for Marc Piano the supernatural had transcended the frontiers of normality and his bestiary had earned the intemporal values of chimera. 
A disturbingly vivid imagination, playfully wicked as required of the title of each work, fantastic form and expression worthy of a Gainsbourg trip into the world of Papuans and their totems, native sorcerers and their blowpipes making sacrifice to their ancestral cults, this 'homme de la terre', remote from current-day angst, shapes with sensitivity the history of these creatures that knock on the door of his dreams. 
A native of Cannes, but Vallaurisian by adoption, it is as a major echo of the International Biennale of contemporary ceramic creation of this 'City of Clay', and fiefdom of the greatest masters of this art, that Marc Piano presents at the Espace Miramar his Retrospective 1995-2010.
From the archaïc to the visionary, from mastodon to bacterium, from fantasmagoric to ironic, from childhood obsessions to adventures in Maoriland, we are presented with an invitation to a voyage by erratic drunken steamer to be enjoyed like a mystic odyssey through some haka ritual or even like a crazy play by Prévert:
« Yes, I said bizarre, bizarre… how extraordinary it is ! »

Bernard Brochand
Deputy Mayor of Cannes


A suivre, en cliquant sur le lien
Marc Piano, vu par Frédéric Ballester



ARTIST PAGEartists homepage